Home » 2 - COIN DETENTE » . Vos Animaux préfères » Le Trotteur Français

Trotteur Français - Opportunités et Coin détenteLe Trotteur Français (TF) est une race chevaline issue des anciennes races de chevaux carrossiers normands et sélectionnée uniquement pour les courses de trot.

Son origine remonte au début du XIXe siècle dans l’ouest de la France, particulièrement en Normandie. L’élevage visait alors à répondre aux besoins de l’armée en chevaux de service. Le Trotteur français a depuis lors beaucoup évolué du fait des nombreux croisements effectués et, avec l’arrivée de l’automobile, de sa spécialisation dans les courses de trot.

Dans les 1860, apparurent  des Standardbred venus des États-Unis.

Trotteur Français

Conquérant (1858), Lavater (1867), Normand (1869), Niger (1869) et Phaëton (1871) sont les principaux chefs de race des Trotteur Français. La quasi totalité des trotteurs français descendent de ces cinq étalons.

L’apport du sang américain ne doit pas pour autant être négligé en termes d’élevage avec notamment, dans l’entre-deux-guerres, Net Worth, The Great Mac Kinney, Sam Williams et Calumet Delco, ce dernier étant un étalon fantôme puisqu’il fonctionna clandestinement dans les années 1940.

En 1864, est fondée la Société du cheval français de demi-sang qui deviendra plus tard la Société d’encouragement à l’élevage du cheval français.

Dans les années 1970 – 1990, survint un second apport de sang Standardbred. En effet, Henri Levesque présenta sa championne, la grande Roquépine  trois fois victorieuse du Prix d’Amérique  au chef de race américain Star’s Pride puis l’année suivante à l’un de ses fils Ayres. Il en naquit Florestan et Granit qui, n’étant pas inscrits au stud-book, ne purent courir qu’à l’étranger ou dans les « internationaux », épreuves ouvertes aux « chevaux de toutes races et de tous pays ». À la fin de leur carrière de courses, ces deux étalons furent achetés par les Haras nationaux et autorisés à la reproduction des trotteurs français. Il en alla de même pour un cheval de l’écurie Olry-Roederer (celle de Jamin), Kimberland, par Nevele Pride (autre fils de Star’s Pride), et Astrasia. Puis, dans les années 1980, quelques améliorateurs Standardbred purent être utilisés selon des règles très précises émises par la SECF, gestionnaire du stud-book

Les premières courses de trotteurs en France ont eu lieu, en 1836, sur la grève de Cherbourg, à l’instigation d’Ephrem Houel, officier des Haras Nationaux. On privilégia d’abord les courses au trot monté et les longues distances. Il en résulta un animal solide. Mais progressivement, après la Première Guerre mondiale, le trot attelé devint la discipline reine et les chevaux gagnèrent en vélocité. Le Prix d’Amérique fut créé en 1920, en hommage aux morts américains de la Grande Guerre. S’y illustrèrent notamment Pro Patria, premier vainqueur, ainsi que d’autres trotteurs restés dans la légende comme Uranie ou Amazone B. À partir des années 1950, les Gélinotte, Jamin, Roquépine, Une de Mai, Bellino II, Idéal du Gazeau, Ourasi, furent également des chevaux de légende et les ambassadeurs du trotteur français à travers le monde.

Il naît chaque année en France environ 13 000 Trotteur Français,  mais le tiers seulement parvient à se qualifier pour la compétition. En conséquence, beaucoup de chevaux des clubs équestres sont des trotteurs réformés ou n’ayant pas passé les tests de sélection des courses.

signature

 




Enregistrée à la CNIL sous le numéro 1635454. Vos données restent confidentielles

About

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.

Image hébergée par servimg.com
 

     Nom *   

Enregistrée à la CNIL sous le numéro 1635454. Vos données resteront confidentielles
 

Tout pour le plus grand plaisir de vos animaux!

Anniversaire zooplus.fr